7 C
Londres
jeudi, décembre 1, 2022
HomeAFRIQUEGUINÉE ÉQUATORIALE : L'élection présidentielle avancée à fin novembre

GUINÉE ÉQUATORIALE : L’élection présidentielle avancée à fin novembre

Date:

A la une

EGYPTE : La COP27 s’achève sur un accord sur les pertes et dommages

Après des jours d'intenses négociations à Charm El-Cheikh, la...

RDC : Félix Tshisekedi appelle la jeunesse à se mobiliser face à la rébellion du M23

Le président de la République démocratique du Congo, Félix...

CAMEROUN : Attribution des droits d’exploitation à Camvert – Le ministère de la forêt hors la loi

Green Development Advocates, en partenariat avec Greenpeace Afrique, vient...

Dans quelques semaines, la Guinée équatoriale vivra une nouvelle élection présidentielle. Le scrutin devait se tenir en avril prochain. Il a été avancé au 20 novembre, en même temps que les législatives et les municipales. Une décision annoncée le mardi 20 septembre, au nom du chef de l’État, Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 43 ans et qui n’a pas dit s’il allait ou non se présenter pour un sixième mandat.

Un changement de calendrier pour faire des économies. C’est ainsi que le décret lu mardi soir à la télévision équato-guinéenne justifie le fait que la date de la présidentielle soit avancée.

Le ministre de l’Information de Malabo, Virgilio Seriche Riloha, le confirme. Regrouper les élections pour qu’elles aient lieu le même jour, c’est cohérent dans un contexte d’austérité mondiale. Cela réduit les coûts d’organisation. Mais pour l’opposant en exil Severo Moto, tout comme pour l’écrivain et journaliste à la retraite Donato Ndongo-Bydiogo, cette annonce d’une présidentielle plus tôt que prévue, il faut la comprendre dans un contexte d’intenses pressions.

Des pressions qui viennent d’une partie de la communauté internationale qui souhaite voir le président Teodoro Obiang Nguema, 80 ans, au pouvoir depuis le coup d’État de 1979 contre Francisco Macias Nguema, quitter bientôt le pouvoir dans le cadre d’une transition apaisée.

Qui sera le candidat du PDGE ? 

Mais lors du dernier congrès de sa formation politique, le Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE), son fils, surnommé Teodorine, n’a pas été intronisé. Et même s’il est présenté comme le dauphin, certains observateurs ne croient pas que son père laissera le pouvoir et l’immunité qui va avec dans deux mois.  Des ONG internationales alertent régulièrement sur des cas de détentions arbitraires et des violations des droits humains.

Est-ce qu’un nouveau congrès sera organisé dans les semaines à venir ? Qui sera le candidat officiel du parti au pouvoir ? « Le parti annoncera tout le moment venu », répond le ministre de l’Information. Pour rappel, Teodorin Obiang Nguema, le fils du président, a été condamné en France en 2021 à trois ans de prison avec sursis dans le cadre du dossier dit des « biens mal acquis ».  

Par ailleurs, la Guinée équatoriale, qui était aussi sous pression sur la question de la peine de mort, a annoncé son abolition en début de semaine.

FA Dernière