8.6 C
Londres
jeudi, décembre 1, 2022
HomeAFRIQUESAHEL : Selon la Banque mondiale la région pourrait subir de graves...

SAHEL : Selon la Banque mondiale la région pourrait subir de graves conséquences du changement climatique

Date:

A la une

EGYPTE : La COP27 s’achève sur un accord sur les pertes et dommages

Après des jours d'intenses négociations à Charm El-Cheikh, la...

RDC : Félix Tshisekedi appelle la jeunesse à se mobiliser face à la rébellion du M23

Le président de la République démocratique du Congo, Félix...

CAMEROUN : Attribution des droits d’exploitation à Camvert – Le ministère de la forêt hors la loi

Green Development Advocates, en partenariat avec Greenpeace Afrique, vient...

Le Sahel est particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique et la Banque mondiale avertit que 13,5 millions de Sahéliens pourraient basculer dans la pauvreté dans les décennies à venir si rien n’est fait pour adapter les économies au changement climatique. La Banque mondiale estime, dans un rapport sur le climat et le développement, qu’il faut investir au moins 16 milliards de dollars à court terme dans les cinq pays du Sahel pour contrecarrer les effets du changement climatique.

Les pays du Sahel ne contribuent que de façon marginale au réchauffement climatique (1 % des émissions de gaz à effet de serre), mais ils en paient le prix fort : augmentation des températures, sécheresses, dégradation des sols. Le rapport national sur le climat et le développement de la Banque mondiale préconise d’injecter dans les huit ans à venir 16 milliards de dollars pour enrayer ces phénomènes.

Siméon Etui est le directeur régional pour le développement durable de la banque mondiale : « Notre étude clarifie cela de manière très claire. Par exemple, en énergie, nous avons besoin de trois milliards de dollars. En agriculture et irrigation, trois milliards. En eau et assainissement, cinq milliards de dollars. En environnement, un milliard et ainsi de suite. Et tout retombe à peu près 16 milliards de dollars, dont on a besoin. »

Et encore, cette estimation constitue le bas de l’échelle puisqu’il faudrait jusqu’à 80 milliards de dollars dans les 25 ans à venir au profit des 160 millions de sahéliens. La Banque mondiale a déjà déboursé près de 8 milliards de dollars dans ces programmes d’adaptation.

« Par exemple, nous investissons dans le barrage de Kandadji au Niger, poursuit Siméon Etui. Qui non seulement va retenir de l’eau pour l’énergie, mais qui va permettre aussi de retenir l’eau pour l’agriculture dans la zone. »

Sécurité alimentaire, irrigation et restauration des sols, la politique d’adaptation de la Banque mondiale se veut globale et transnationale. Elle propose aussi son expertise aux États qui ne disposent pas toujours des moyens de planifier leurs actions.

FA Dernière