7 C
Londres
jeudi, décembre 1, 2022
HomeAFRIQUEMALI : Le premier ministre pointe du doigt la France et la...

MALI : Le premier ministre pointe du doigt la France et la Côte d’Ivoire à la tribune des Nations unies

Date:

A la une

EGYPTE : La COP27 s’achève sur un accord sur les pertes et dommages

Après des jours d'intenses négociations à Charm El-Cheikh, la...

RDC : Félix Tshisekedi appelle la jeunesse à se mobiliser face à la rébellion du M23

Le président de la République démocratique du Congo, Félix...

CAMEROUN : Attribution des droits d’exploitation à Camvert – Le ministère de la forêt hors la loi

Green Development Advocates, en partenariat avec Greenpeace Afrique, vient...

Lors de l’avant-dernière journée de la 77e Assemblée générale des Nations unies, Abdoulaye Maïga est venu en force avec une délégation et une trentaine de manifestants hostiles à la France.s un discours très offensif, il a multiplié les critiques

Solennel, froid, en grand bazin blanc, Abdoulaye Maïga n’a épargné personne lorsqu’est venu le moment pour lui de prendre la parole à la tribune de l’ONU. Ni Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, à qui il a aimablement rappelé qu’il n’était pas un « chef d’État ». Ni le président bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embaló, qui préside la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Ni le président nigérien, Mohamed Bazoum, qualifié « d’étranger qui se réclame du Niger ».

Mais ses attaques les plus dures ont visé la France, avec une formule répétée trois fois sous les applaudissements de sa délégation : « Les autorités françaises, profondément anti-françaises pour avoir renié les valeurs morales universelles, ont trahi le lourd héritage humaniste des philosophes des Lumières et se sont transformées en une junte au service de l’obscurantisme. »

La France « soutient et arme les terroristes », a-t-il clamé, disant disposer de preuves pour le Conseil de sécurité. Une « junte française » qui « instrumentalise » des droits de l’Homme pourtant « respectés » au Mali.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a aussi eu droit à ses cinq minutes et une moquerie sur les troisièmes mandats. Sur l’affaire des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali, rien de nouveau. Les autorités de Bamako « ne s’ingèrent pas dans les affaires judiciaires », a juré Abdoulaye Maiga : « Les récentes synchronisations des actions et l’organisation des éléments de langage, consistant à faire passer le Mali, mon pays, du statut de victime à celui de coupable dans cette affaire des mercenaires, sont évidemment sans effet. »

Un engagement a été pris toutefois : des élections libres en 2024, pour un Mali « libéré des forces obscurantistes et destructrices du monde ».

FA Dernière