7 C
Londres
jeudi, décembre 1, 2022
HomePOLITIQUETCHAD : Les défis qui attendent Mahamat Idriss Déby, désormais président...

TCHAD : Les défis qui attendent Mahamat Idriss Déby, désormais président de transition

Date:

A la une

EGYPTE : La COP27 s’achève sur un accord sur les pertes et dommages

Après des jours d'intenses négociations à Charm El-Cheikh, la...

RDC : Félix Tshisekedi appelle la jeunesse à se mobiliser face à la rébellion du M23

Le président de la République démocratique du Congo, Félix...

CAMEROUN : Attribution des droits d’exploitation à Camvert – Le ministère de la forêt hors la loi

Green Development Advocates, en partenariat avec Greenpeace Afrique, vient...

Le Tchad a tourné officiellement depuis dimanche le dos au Comité militaire de transition, le groupe de 15 généraux qui ont pris la tête de l’État il y a 18 mois, après sa dissolution par le dialogue national samedi. Il a, par la même occasion, désigné Mahamat Idriss Déby Itno comme président d’une transition qui va durer au maximum 24 mois. Quels sont ses atouts ? Quels sont les défis auxquels il sera confronté, avec une partie de l’opposition, des confessions religieuses et de la société civile, qui ont boycotté ces assises?

Désormais, le Comité militaire de transition, la junte militaire à la tête du pays depuis le décès d’Idriss Déby père en avril 2021, n’existe plus officiellement. Mahamat Idriss Déby Itno peut donc être considéré comme seul maître à bord du bateau Tchad aujourd’hui.

La nouvelle charte renforce en outre ses pouvoirs. C’est lui qui va nommer le Premier ministre et le gouvernement, qu’il pourra démettre quand il le voudra. Cette charte, révisée par le dialogue national dit « inclusif et souverain », lui donne également la possibilité, s’il le désire, de se présenter à la prochaine élection présidentielle, malgré l’injonction contraire de l’Union africaine.

Mais « sa tâche ne sera pas facile », reconnait un de ses conseillers, en parlant d’un cahier de charges très volumineux et impossible à mettre en application dans les 24 prochains mois. Dans son discours d’investiture, Mahamat Idriss Déby Itno s’est donc fixé des priorités. La principale : tenir au plus vite un référendum sur la forme de l’État et travailler au retour à l’ordre constitutionnel avant la fin de la transition.

Mais il ne veut pas en rester là. Le président de transition a promis de mettre fin aux conflits intercommunautaires, améliorer l’accès aux soins, à l’eau potable, ou encore lutter contre les pénuries d’électricité. Et il a fait des promesses chiffrées : « Un véritable programme électoral », s’est exclamé un opposant.

Et pour cela, il a promis de s’entourer d’un « gouvernement d’union nationale ». Mais est-ce un oubli ou une omission volontaire ? La réforme de l’armée, pourtant au cœur des débats du dialogue, n’a pas été évoquée.

Mais la société civile, l’opposition et la diaspora tchadiennes sont inquiètes de l’avenir politique du pays. Quarante personnalités ont signé et publié ce lundi, un communiqué évoquant « les risques d’un plan de succession dynastique au Tchad. » Les signataires du texte estiment que les recommandations de ce dialogue ne constituent pas une base solide pour la réconciliation nationale. Ils appellent à un retour à l’ordre constitutionnel au plus vite.

FA Dernière