7 C
Londres
jeudi, décembre 1, 2022
HomeAFRIQUESANTÉ : Face à la progression de la tuberculose, l'OMS appelle à...

SANTÉ : Face à la progression de la tuberculose, l’OMS appelle à un regain de solidarité

Date:

A la une

EGYPTE : La COP27 s’achève sur un accord sur les pertes et dommages

Après des jours d'intenses négociations à Charm El-Cheikh, la...

RDC : Félix Tshisekedi appelle la jeunesse à se mobiliser face à la rébellion du M23

Le président de la République démocratique du Congo, Félix...

CAMEROUN : Attribution des droits d’exploitation à Camvert – Le ministère de la forêt hors la loi

Green Development Advocates, en partenariat avec Greenpeace Afrique, vient...

La tuberculose a progressé pendant la pandémie de Covid-19 en raison de la fermeture des services médicaux et de la carence de diagnostics, selon un nouveau rapport publié par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui appelle à un regain de solidarité et d’investissements pour remettre sur les rails la lutte contre cette maladie.

Selon l’OMS, 10,6 millions de personnes ont développé la maladie en 2021, soit une augmentation de 4,5% par rapport à 2020, et 1,6 million de personnes sont décédées cette maladie (dont 187.000 parmi les personnes séropositives pour le VIH).

Les cas de tuberculose pharmaco-résistante ont également augmenté de 3% entre 2020 et 2021. 450 000 nouveaux cas de tuberculose résistante à la rifampicine (tuberculose-RR) ont été enregistrés en 2021.

C’est la première fois depuis de nombreuses années que l’on observe une augmentation du nombre de personnes qui développent la maladie ainsi que sa forme pharmaco-résistante. Les services de lutte contre la tuberculose comme de nombreux autres services ont subi des perturbations du fait de la pandémie de Covid-19 en 2021, avec des conséquences sérieuses sur la lutte contre la maladie, alors que les conflits en Europe de l’Est, en Afrique et au Moyen-Orient ont aggravé encore la situation des populations vulnérables.

« Si la pandémie nous a appris quelque chose, c’est que la solidarité, la détermination, l’innovation et l’utilisation équitable des outils nous permettront de surmonter de graves menaces pour la santé. Appliquons ces enseignements pour mettre un terme à cette maladie qui est depuis trop longtemps meurtrière », a déclaré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

Trop de patients n’ont pas été diagnostiqués

En raison des difficultés persistantes que connaissent les services essentiels de lutte contre la tuberculose, de nombreuses personnes atteintes de la maladie n’ont pas été diagnostiquées et n’ont pas reçu de traitement. Le nombre déclaré de personnes nouvellement diagnostiquées est passé de 7,1 millions en 2019 à 5,8 millions en 2020. Le nombre de diagnostic est remonté à 6,4 millions en 2021, mais reste encore bien en deçà des niveaux d’avant la pandémie.

Conséquence du recul des diagnostics, le nombre de patients non traités a augmenté, ce qui a dans un premier temps entraîné un accroissement des décès et une transmission communautaire accrue de l’infection, puis, avec un certain décalage, une augmentation du nombre de malades.

Le nombre de personnes bénéficiant d’un traitement contre la tuberculose-RR et la tuberculose-MR a également diminué entre 2019 et 2020. En 2021, 161.746 personnes avaient commencé un traitement contre la tuberculose-RR, soit seulement une personne dans le besoin sur trois.

En Inde, un médecin regarde la radio des poumons d'un patient pour voir s'il est atteint de tuberculose.

Le financement de la lutte contre la tuberculose est en baisse

Le rapport déplore une baisse des dépenses mondiales consacrées aux services essentiels de lutte contre la tuberculose, qui sont passées de 6 milliards de dollars en 2019 à 5,4 milliards de dollars en 2021, soit moins de la moitié de la cible mondiale fixée à 13 milliards de dollars par an d’ici 2022.

Comme au cours des 10 années précédentes, la majeure partie du financement utilisé en 2021 (79%) provenait de sources nationales. Dans d’autres pays à revenu faible ou intermédiaire, le financement par les donateurs internationaux demeure crucial. La principale source de financement est le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le gouvernement des Etats-Unis reste le principal bailleur de fonds du Fonds mondial, et aussi le plus grand donateur bilatéral, contribuant globalement à près de 50% du financement international de la lutte contre la tuberculose.

Le nombre de traitements préventifs commence à retrouver des niveaux proches de ceux de 2019

Alors que les progrès se sont ralentis, on note toutefois quelques succès. Un total de 26,3 millions de personnes a reçu un traitement contre la tuberculose entre 2018 et 2021, encore loin, certes, des 40 millions correspondant aux cibles fixées pour 2018-2022 lors de la Réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose. Parmi les 30 pays à forte charge de tuberculose, le Bangladesh, le Brésil, la Chine, l’Ouganda et la Zambie ont enregistré les plus hauts niveaux de couverture des traitements en 2021. Le nombre de personnes ayant reçu un traitement préventif a rebondi en 2021 pour atteindre des niveaux proches de ceux de 2019, mais le total cumulé de 12,5 millions entre 2018 et 2021 était toujours inférieur à l’objectif de 30 millions fixé pour la fin de 2022.

Autre point plus positif : le traitement préventif de la tuberculose pour les personnes vivant avec le VIH a largement dépassé la cible mondiale de 6 millions pour la période 2018-2022, atteignant plus de 10 millions en seulement 4 ans. Sept pays – l’Inde, le Nigéria, l’Afrique du Sud, l’Ouganda, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe – représentaient en tout 82% des personnes ayant commencé un traitement préventif en 2021.

Sept pays fortement touchés par la tuberculose dans la Région – l’Afrique du Sud, l’Éthiopie, le Kenya, le Lesotho, la Namibie, la Tanzanie et la Zambie – ont atteint ou dépassé le jalon pour 2020 consistant à réduire de 20 % l’incidence de la maladie par rapport à 2015.

Les pays recourent de plus en plus à de nouveaux outils recommandés par l’OMS

Selon l’agence sanitaire mondiale, les pays adoptent de plus en plus de nouveaux outils recommandés par l’OMS, ce qui se traduit par un accès précoce à la prévention et aux soins, facteur de meilleurs résultats. La proportion de personnes dépistées grâce à un test de diagnostic rapide a augmenté, passant de 33% en 2020 à 38% en 2021. Au total, 109 pays utilisaient des schémas thérapeutiques plus longs et à base de médicaments administrés par voie orale (contre 92 en 2020) pour le traitement de la tuberculose-MR et de la tuberculose-RR, et 92 pays utilisaient des schémas thérapeutiques plus courts (contre 65 en 2020).

Le rapport invite à nouveau les pays à mettre en place des mesures urgentes pour rétablir l’accès aux services essentiels de lutte contre la tuberculose à augmenter les investissements, à promouvoir de nouveaux outils de diagnostic, médicaments et vaccins, en s’appuyant sur les enseignements tirés de la pandémie. Autant de sujets qui seront abordés au sommet de haut niveau de l’OMS début 2023.

Source : Onu Infos

FA Dernière